Les assistances à la conduite moto : pour ou contre ?

J’entends déjà les “puristes” exprimer leur avis bien tranché sur le sujet. Force est de constater que certaines assistances sont désormais des basiques du cahier des charges de développement d’une nouvelle machine. Et tout motard ayant déjà vécu une situation d’urgence, et expérimenté la (les?) longue(s) seconde(s) entre la perte d’adhérence et la reprise de celle-ci, même assez cahotique -quand tout se passe bien (vécu!)- n’ont pas besoin d’en savoir davantage pour opter pour une assistance comme l’ABS. Alors, voici le compte-rendu simple, documenté avec cette vidéo pour avoir un retour objectif et… impartial, comme peut le réaliser par un organisme Suisse !

En effet, il s’agit d’une revue des assistances à la conduite réalisée par le TCS, Touring Club Suisse, de la plus historique, à la plus innovante pour le marché moto, à savoir :

  • l’ABS
  • l’ABS en virage
  • le traction control (anti-patinage)
  • le wheele control (anti-cabrage)
  • le stoppie control (tout est dans le nom !)
  • l’ACC (cruise control, régulateur de vitesse adaptatif, déjà présenté dans cet article lors du lancement sur la Ducati Multistrada V4  2021 en novembre dernier)

Globalement toutes ces aides se sont révélée très pertinentes en circulation fermée comme sur route ouverte. Je vous propose de découvrir ce document car il permet de bien visualiser le fonctionnement de ces différents dispositifs.

 

Un mot sur le TCS, Touring Club Suisse

C’est un service d’assistance aux personnes et aux véhicules comme l’Automobile Club en France ou ADAC en Allemagne.
Fort de ses 1,5 millions de membres, le TCS fête ses 125 ans en 2021!

Texte : Isabelle Maillet

Vidéo & Image de une : Source Touring Club Suisse, avec son aimable autorisation

Comments are closed.

Partager sa passion pour l’innovation

Facebook Nova Moto