Intercontinental Rally, l’autre rallye africain : départ le 16 janvier 2020

Janvier c’est le mois des rallyes africains, et que celui qui n’en a jamais rêvé devant sa télé lève le doigt !

Pour la plupart, cela s’arrête juste là. Pour d’autres, comme Maxime Mettra, triple champion de France des rallyes routiers, l’heure de prendre le départ approche…

Comme vous avez déjà pu le lire sur Nova Moto le Mag, Maxime, client et partenaire de Nova Moto sur cette aventure, est désormais prêt, et profite d’un week-end en famille avant de se lancer dans ce “grand bain” !

Pour les lecteurs de Nova Moto, il s’est gentiment prêté au jeu de répondre à quelques questions. L’intention de Nova Moto fut de construire une “photo” de Maxime à l’instant T, de comprendre les fondements de cet engagement, et les attentes, là, maintenant. Merci à lui de s’être prêté à moins d’une semaine avant son départ !

1. Déclic

Nova Moto : Comment as-tu découvert ce rallye, L’Intercontinental Rally, Maxime ?

Maxime : Tout d’abord, de mes yeux d’enfant des années 90, j’ai toujours rêvé de faire du rallye raid via le Dakar. Dans un premier temps, le rallye routier et les Moto Tour en particulier ont été pour moi une manière de vivre ce type d’aventure et de format d’épreuve à côté de la maison. Quand j’ai activé le projet de véritablement passer au rallye raid, je comptais participer dans un premier temps à l’Africa Eco Race qui se déroule en parallèle du Dakar en ce moment même. Puis en découvrant petit à petit le monde du gros trail, un groupe d’initiés m’a demandé pourquoi je ne faisais pas plutôt l’Intercontinental Rallye. Je ne connaissais pas du tout cette épreuve ! Il n’est pas facile de suivre avec toutes ces différentes organisations lorsque l’on n’est pas initié mais si on fait le point il y a :
Le Dakar ASO en ce moment en Arabie Saoudite qui passe sur France Télévision
L’Africa Eco Race qui fait Monaco – Dakar en ce moment aussi, course créée par Hubert Auriol lorsque le Dakar ASO a migré en Amérique du Sud. (Note Nova Moto : Rallye relayé par Nova Moto lors de la participation de Lydia Truglio Beaumont)
L’Intercontinental Rally qui fait Paris – Dakar et qui débute le 16 janvier prochain. Une organisation moins lourde et plus abordable que l’Africa Eco Race mais qui se déroule sur les mêmes terres : Maroc-Mauritanie-Sénégal.

Nova Moto : Qu’est ce qui t’a décidé à prendre le départ de l’Intercontinental Rally ?

Maxime : L’IR répondait le mieux à mon cahier des charges pour découvrir la discipline. Le Dakar ASO est le summum du Rallye Raid, j’envisage d’y participer un jour mais je voulais prendre le temps de m’initier à ce type d’épreuve par ailleurs. Après, aujourd’hui il me fait moins rêver de par les terrains où il se déroule et de par certaines dimensions perdues (trop de confort, de luxe, d’argent…). C’est avant tout un grand défi sportif !
L’Africa Eco Race répondait bien à mes critères mais l’Intercontinental Rallye le fait encore mieux. L’objectif de l’IR n’est pas de faire une épreuve particulièrement difficile mais que le maximum de concurrents puissent être à l’arrivée. On n’est pas dans la course à l’élimination. Puis il y a une catégorie “Aventure” dans laquelle on peut être reclassé en cas de mise hors course. C’est la meilleure façon d’avoir des chances de voir le lac Rose et tout en découvrant le pilotage dans le désert.

Nova Moto : Quand as-tu pris cette décision de participer à l’Intercontinental Rally très précisément ?

Maxime :
Quand ils ont annoncé que l’édition 2020 partirait de Paris. Les années précédentes la course partait directement d’Almería en Espagne. Paris c’est le départ symbolique, il n’y aura pas d’épreuve spéciale en Europe mais l’idée de véritablement aller de Paris à Dakar me plaisait énormément !

Nova Moto : En un mot, quelle image te venait spontanément en tête en pensant à l’IR ?

Maxime :Aventure

2. Préparation

Nova Moto : Comment s’est passée ta préparation, celle de ton Africa, est-elle conforme à ton attente ? Des impondérables à gérer ?

Maxime : J’ai acheté la moto, il y a deux ans dans cet objectif. J’ai donc eu le temps de rouler, de tester, d’améliorer… Elle est aux petits oignons (cf. fiche de prépa) ! Les partenaires du rallye routier m’ont suivi dans l’aventure : SW Motech, Tecnoglobe, EMC et Nova Moto m’y ont rejoint ! Je n’ai pas eu d’impondérable ou alors j’ai largement eu le temps de les gérer.

Nova Moto : Ta machine est aussi un petit “labo” : tu en profites pour l’équiper pas seulement pour assurer un maximum de performance et de confort, te faciliter la vie en rallye. Sans dévoiler d’éventuels détails, en profites-tu aussi pour faire des tests de matériels inédits ?
Maxime : La moto est parfaitement équipée, je ne peux pas rêver mieux, elle me régale!Sur ce projet, l’amortisseur EMC est inédit. Il est tout juste développé et la course sera un très bon banc d’essai si jamais il y avait besoin de le faire évoluer. Par ailleurs, je ne sais pas si le kit de graissage automatique CLS Evo de Nova moto a déjà été monté sur des motos de rallye raid mais avec le graissage constant dans le sable et la poussière, il sera intéressant de mesurer l’usure du kit chaîne après tout ces kms. De même, il sera très intéressant de mesurer l’efficacité de l’anti crevaison préventif Air Stop. Associé à des chambres à air de 4mm ; on verra bien si je me retrouve à changer une chambre à air sur le bord de la piste ! J’espère que non !

L’Africa Twin CRF1000 Honda présentée chez Honda Espace Moto Angers

Nova Moto : Malgré ta solide expérience en rallye et dans d’autres disciplines, est-ce que ta préparation physique fut fondamentalement différente pour cette édition ? As tu eu des points particuliers à travailler ?

Maxime : Oui. Le rallye routier ne demande que très peu de condition physique contrairement au tout terrain. Ces derniers temps, je travaille les bras et les cuisses tous les jours avec des pompes et des flexions.

Nova Moto : Au niveau du pilotage moto, de ta
préparation physique ? As-tu un suivi un plan de préparation mentale ?


Maxime : Au niveau du pilotage, je me suis remis au tout terrain, avec l’enduro, il y a 4-5 ans. J’ai fais des enduros de ligue en Bretagne pour mesurer mon niveau de pilotage et ma condition physique. Ça m’a permis de savoir où j’en étais.
Je n’ai pas de plan de préparation mental en particulier. Mon expérience de beaucoup de choses en moto me permettent de parfaitement connaître mes limites physiques et mentales. De savoir me reposer quand il le faut, de ne pas forcer, de gérer le sommeil, de savoir s’arrêter, de savoir gérer des pannes, de réparer, de gérer une course dans la longueur…

Le conseil que je peux donner est de se mettre à l’enduro au préalable et de participer à des événements de type raid en France (Hard Defi Tour, Hard Alpi Tour) pour bien se préparer.

Nova Moto : Préparation personnelle aussi -si tu veux en parler- une telle aventure impose-t-elle aussi une organisation personnelle ? Est-ce que cela devient un projet “familial” ou est ce cela reste un défi sportif
très personnel ?


Maxime : Ma femme et ma famille me soutiennent parfaitement dans ce projet, ils savent tous que j’en rêve depuis toujours ! Le fait d’avoir muri le projet depuis longtemps m’a permis de ne pas avoir de phénomène de “coup de bourre” et de préparer cela gentiment et sereinement sans trop le faire subir à mon entourage. Après ça reste malgré tout un projet très personnel, je pars tout seul, je ne connais personne.

3. Budget

Nova Moto : Peux-tu me donner une idée du budget que représente une participation sur l’Intercontinental Rally ? Tu l’avais bouclé assez tôt, en faisant l’impasse sur ta saison de CFRR, quels conseils peux-tu
partager avec des candidats à une telle aventure ?


Maxime : Mon moto club le MCA me soutient financièrement dans le projet. Par ailleurs, j’ai créé une identité visuelle avec un logo. J’ai fais des t-shirts et des sweats. Beaucoup de ma famille et de mes amis se sont associés à mon projet par ce biais, je les en remercie infiniment. Il est toujours possible d’y participer les achetant sur le site de Nova.

4. Projetons-nous !

Nova Moto : Comment imagines-tu cette course ? D’un point de vue sportif, humain…

Maxime : J’imagine que je vais en prendre plein les yeux, plein le cœur et que je vais me régaler comme jamais!
D’un point de vue humain sera cela aussi très fort. Je suis le seul Français engagé mais c’est une petite organisation, une petite caravane (26 concurrents moto qui viennent de toute l’Europe). Ça va être très soudé, très fort!

Nova Moto : Quelle est ton attente la plus forte, maintenant, à J-6 ?

Maxime : Je suis impatient d’être rendu au Maroc sur la ligne de départ!

Nova Moto : Et.. que redoutes-tu le plus ?

Maxime : Je redoute seulement d’avoir une moto un peu trop lourde dans les dunes, j’espère ne pas trop galérer!

Nova Moto : Le mot de la fin, Maxime 😉

Maxime : Merci à toi Isabelle de me suivre dans ce périple, je ne sais pas si j’aurai beaucoup de temps pour communiquer là bas mais j’espère pouvoir vous en faire partager un maximum !!!
Peut être un point à préciser au niveau de l’assistance. Je suis dans un team d’Anglais où nous sommes 3 pilotes avec un 4×4 Land Cruiser et une remorque. Ce n’est pas une structure professionnelle mais simplement Barrie Richardson, un Anglais rodé au raids qui nous a proposé de monté une petite structure. Une fois rendu à Dakar, nous remontons pas la route avec les motos sur la remorque, 7 jours d’aventures supplémentaire, je ne pouvais pas rêver mieux!

Nova Moto : Belle perspective de prolongation ! Nova Moto suit tous ses partenaires sur la durée de leur aventure, il en sera de même avec toi Maxime.
Merci d’avoir pris le temps pour cet “instantané” pré-IR, très belle “attente” jusqu’au 16/1, et excellente édition : régale-toi, régale-nous !!

Texte : Maxime Mettra (le 10/01/2019) et Isabelle Maillet
Photos : Maxime Mettra

Lire tous les articles Maxime Mettra

Comments are closed.

velit, amet, neque. Praesent Aenean Donec ut ut mattis efficitur. risus