24H Motos 2020 consommées !

Il est des moments tellement attendus qu’ils semblent avoir du mal a se réaliser. La saison sportive moto est incroyablement chahutée en 2020. Certaines disciplines voient leurs organisateurs mettre les bouchées doubles pour rattraper …et sauvegarder les budgets com’ au mieux. En endurance moto, les faits sont un peu différents, ce qui explique le réel soulagement de voir enfin cette saison 2020 se poursuivre …à défaut d’avoir été simplement annulée. Une course très “endurance” qui voit une nouvelle victoire du Team F.C.C. TSR Honda France, disputée à huis clos, comme prévu depuis juin, bouleversée jusqu’à son timing: de 12H le samedi 29 août à 12H dimanche 30 août 2020 !

1. Une édition qui joue avec les nerfs des teams

Une édition reportée d’avril à fin août, c’est, pour les habitués, une promesse d’une édition sous le soleil, au sec, ce qui change un peu de l’ambiance parfois glacée au petit matin sur le Bugatti.

Que nenni, des averses se sont invitées dès le début de la course, avec, en conséquence de très nombreuses pertes d’adhérence, souvent brutales qui ont coûté beaucoup d’énergie et …de sous aux 38 équipes au départ.

Une édition riche en rebondissements, comme le YART qui signe la pôle après des essais réglés comme une horloge suisse,  et qui termine au pied du podium. L’abandon de la Ducati Panigale #6 sur laquelle Randy de Puniet a pris un départ difficile, immédiatement suivi par une remontada et une démonstration de la performance de cette machine incroyable, comme il sait les offrir.

Après quelques heures, les positions se calent quelque peu pour les équipes leaders, FCC TSR Honda France #5 s’installe en tête à la 4ème heure de course pour ne plus la lâcher, résultat un travail d’une constance remarquable sur la piste comme dans le box. Freddy Foray, Mike Di Meglio et Josh Hook montent sur la plus haute marche du podium.

La victoire a d’autant plus de saveur pour l’équipe que ce fut la première participation avec la toute nouvelle mouture du CBR1000RR 2020, avec ce que ce baptême du feu peut comporter comme inconnues.

Le podium est complété par l’équipe championne du monde en titre, le SRC Kawasaki désormais WebikeTrickstar #1, qui a pris le lead sur le SERT #2 en toute fin de course. Idem ici, ce ne fut pas gagné d’avance pour Kawasaki avec un début de course compliqué, faut-il préciser que le retrait de Pirelli de l’endurance a eu des conséquences importantes sur la mise au point des machines, comme ici Kawa passé sur Michelin ? Bien sûr, la météo n’a pas simplifié cette mutation.

Un mot au sujet du retour de BMW en endurance, avec l’arrivée en endurance de Werner Daemen, bien connu des paddocks belges et allemands (IDM), comme Team Manager. Freddy et Kenny Forray ne célèbrent malheureusement pas cette arrivée ensemble, la S1000RR #37 étant contrainte à l’abandon à quelques minutes de l’arrivée, après avoir été dans le top 5 pendant une belle partie de la course.

La première place en catégorie Superstock revient au team GERT56, sur BMW S1000RR, pilotée par Stefan Kerschbaumer et Toni Finsterbusch et …Lucy Glöckner ! Podium partager avec l’équipe No Limits #44 et Moto Ain #96.
A propos de pilotes féminines, Amandine Creusot termine cette édition en P28 au scratch avec la Yamaha #202 de la Police Nationale.

 

Profitons-en pour faire un focus avec les teams suivis de tout près par Nova Moto :

Team No Limits #44 termine 2ème Superstock, et surtout 9ème au scratch ! Cette sympathique équipe italienne confirme d’année en année ses progrès malgré des situations parfois compliquées à gérer, ce qui leur a valu le prix Anthony Delhalle 2018.

Team Bolliger #8 termine P21 après des problématiques électriques à gérer. Edition clé pour l’équipe, qui marque la passation de Hanspeter Bolliger à son fils Kevin, une figure de l’endurance qui tire sa révérence, Kevin présent depuis de nombreuses années sur les courses permet une prise de relais en douceur.

Team Motobox Kremer #65  termine à une jolie 13ème place, après un départ P26. Une course très difficile d’après Manfred Kremer, Team Manager, avec un résultat brillant dans ce contexte globalement très particulier.

Profitons des magnifiques images du Team Bolliger Switzerland pour prendre la température (météo & émotion) sur cette édition :



2. Seules 38 équipes au départ sur le Bugatti

38 teams seulement ? Le Covid19 est passé par là, les budgets resserrés comme jamais, le sujet sponsoring est sur toutes les lèvres, et beaucoup ont fait le choix de se réserver pour le Bol d’Or, intégré exceptionnellement dans le championnat 2020.

Roulement de tambour mi-août, la préfecture du Var refuse l’agrément pour l’événement sur le Paul Ricard, le Bol d’Or prévu avec un public n’aura pas lieu.

De nombreux teams se retrouvent sur le carreau, comme le Team 18 Sapeurs-Pompiers. Team pour lequel il s’agissait à la fois d’un come-back après l’année d’interruption décidée en 2019, de la célébration du 20ème anniversaire de la création de l’équipe …et d’un galop d’essai de la nouvelle structure avant d’entamer la vraie saison 2021. Aucune amertume à avoir, le contexte sanitaire est connu de tous, cette décision, sur la base des évolutions notées cet été en France, n’est une surprise pour personne, et l’objet n’est pas de polémiquer ici.

3. Des pages se tournent en endurance, d’autres s’ouvrent

Ainsi, cette édition a vu un départ donné par Dominique Méliand, tout juste retraité du SERT, que l’on a revu avec plaisir dans le box bleu tout au long du week-end.

Ce fut aussi la dernière participation de Julien da Costa après 18 ans d’endurance, au guidon de la Panigale #6 du Team ERC Endurance, dont il a partagé le guidon avec Randy de Puniet et Louis Rossi.

De même, comme évoqué plus haut, l’émotion fut forte au sein du Team Bolliger. Non seulement Hanspeter Bolliger prend sa retraite et passe le flambeau à son fils Kevin sur cette édition des 24H Motos 2020, mais le pilote ‘pilier’ Roman Stamm prend également sa retraite après 15 ans de service au sein du Team.


Voilà, le rideau tombe sur le Bugatti. Le silence après l’arrivée d’une 24H fait le même effet.

Rendez-vous, pour les teams  qui le peuvent, à Estoril le 27 septembre pour la finale de cette saison.

En effet, 2 endurances -24H Motos et Bol d’Or- à 3 semaines d’intervalle en France fut déjà une étape insurmontable pour bien des équipes. S’organiser pour être au Portugal, à date encore en situation de confinement partiel, en trois semaines, est, pour les teams totalement privés un épouvantable casse tête, budgétaire, mais aussi logistique, humain, les reports de congés ne sont pas toujours possibles etc… A suivre très vite !

Le Team 18 Sapeurs-Pompiers fera l’impasse sur Estoril pour capitaliser davantage sur la prépa mécanique pour 2021.  

Lire tous les articles sur le sujet FIM EWC

Lire tous les articles sur Le Team 18

Texte : Isabelle Maillet
Bannière : Isabelle Maillet
Photos : F.C.C. TSR Honda France Freddy Foray, Morgan Mathurin – Podium SST, Corsedimoto Team No Limits, Team No Limits – Team Motobox Kremer Racing, Team Motobox Kremer Racing – Team Bolliger, Motofoto.se
Vidéo : Team Bolliger Switzerland

Comments are closed.

Vient de publier une photo à Le Mont-Dore, Auvergne, France https://www.instagram.com/p/CH5CqbQJOpL/?igshid=14iv7a0a0ridb

Vient de publier une photo à https://nova-moto.fr https://www.instagram.com/p/CHv5P9Zp50p/?igshid=1jai05qtl7n4b

Vient de publier une photo à Circuit Paul Ricard https://www.instagram.com/p/CHjDNDXJFGz/?igshid=1k0cl46cil6q

Vient de publier une photo à https://nova-moto.fr https://www.instagram.com/p/CHU9jBeJ1QQ/?igshid=rr2pi3tcxwom

La recuperación va como un tiro y, aunque a mí, de santo, cada vez me queda menos, hoy tengo un doble motivo de celebración. Gracias a los que os habéis acordado de mí en este “San Carlos”.
#SanCarlosBorromeo @MotoGP @WorldSBK

2

Facebook